De lignes de failles en lignes de force, Kintsugi, l'art de la résilience…

Le saviez-vous? 11 infos sur le Kintsugi qui risquent bien de vous étonner !

anecdotes intéressantes sur l'art du Kintsugi

© Myriam Greff

L’art du Kintsugi, le Kintsukuroi, est intriguant et mystérieux…

Saviez-vous que …


1. Les maîtres Kintsugi travaillent en mer !

Traditionnellement, l’art du Kintsugi s’accomplit dans un environnement vierge de toute poussière… Aussi certains Maîtres Kintsugi partaient en mer et se rasaient la tête pour travailler dans les meilleures conditions !


2. La laque (urushi) est terriblement dangereuse!

De son petit nom latin assez évocateur Toxicodendron vernicifluum, elle est si toxique et potentiellement allergène que le conseil donné pour s’en protéger sur certains manuels de Kintsugi est de… prier !


3. Le Kintsugi est un processus quasi alchimique !

Kintsugi et alchimie vibrent des mêmes symboles : transmutation des épreuves (« plomb ») en or, oeuvre au noir et au rouge (couches de laque noires et rouges successives), travail sur les 4 éléments, transformation de la matière première (materia prima), mortifiée (broyée et pulvérisée), union des opposés, sublimation…


4. Un Kintsugi peut parfois prendre 1 an !

Le Kintsugi est vraiment l’art de la patience… Encore les différentes couches, et les temps de séchage, la réalisation d’un Kintsugi peut parfois prendre plusieurs mois. On dit même que les plus beaux Kintsugis nécessitent un an de travail !


5. Le Kintsugi est si résistant que certains le font tomber exprès !

La Laque urushi continue à se consolider pendant les semaines et les mois suivant la réparation. On dit que l’objet est plus résistant après sa réparation qu’avant, et que certains vont même jusqu’à le jeter sur le sol une deuxième fois pour tester la réparation !


6. Certains amoureux du Kintsugi brisent de la vaisselle intacte !

On dit que l’art du Kintsugi est si beau que certains esthètes cassent volontairement leurs objets précieux pour les « kintsuguer » !


7. Le Kintsugi peut se pratiquer avec tous les métaux !

Le plus souvent, c’est l’or qui est utilisé… Mais l’art du Kintsugi peut se pratiquer avec tous les métaux, pour peu qu’ils soient réduits en poudre : argent, cuivre, bronze, laiton, étain, fer, platine…


8. Certains Maîtres Kintsugi utilisent des dents pour polir l’or !

La dernière étape consiste à polir l’or. Comme au Moyen-Age, où l’on utilisait des dents de sanglier ou de loup pour brunir (polir) l’or, chaque Maître Kintsugi choisit son outil : polissoir en agate, dents de poissons, ivoire…


9. Le Kintsugi est né à la suite d’un gros coup de colère !

La légende raconte que le Shogun Ashikaga Yoshimasa, au 15ème siècle, avait cassé son bol de thé préféré. Il l’avait renvoyé en Chine pour le faire réparer, mais il était revenu muni de vilaines agrafes qui le défiguraient. Furieux, il avait sommé ses artisans de trouver une meilleure solution… L’art du Kintsugi (Kintsukuroi) était né !


10. Le Kintsugi est « vivant » !

La Laque (urushi) utilisée pour la réparation Kintsugi est issue de la résine de l’arbre laquier. Cette sève est « vivante », et c’est paradoxalement en « respirant » qu’elle durcit progressivement, se renforçant au fil des mois…


11. Beyoncé est fan de Kintsugi !

Son clip « Sandcastles » en montre un, et les paroles évoquent de la vaisselle cassée, un coeur brisé, le pardon. les cicatrices, la réconciliation… « If we’re gonna heal, let it be glorious »…


Retrouvez bien d’autres informations étonnantes sur l’art du Kintsugi et la culture japonaise dans l’ouvrage « Kintsugi, l’art de la résilience ». Editions First, Céline Santini, 2018.


Kintsugi, l

 

N'hésitez pas à laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :